Paralysie du larynx (parésie du larynx) - Causes et pathogenèse

Paralysie du larynx - trouble de la motricité sous forme d'absence complète de mouvements volontaires dû à une violation de l'innervation des muscles correspondants. Parésie du larynx - réduction de la force et (ou) de l'amplitude des mouvements volontaires, due à une violation de l'innervation des muscles correspondants, implique une altération temporaire (jusqu'à 12 mois) de la mobilité de l'un ou des deux moitiés du larynx.

Parmi les maladies chroniques de l'appareil vocal, la paralysie laryngée occupe la deuxième place avec 29,9%. La paralysie du larynx, en fonction du niveau des dommages, est divisée en deux parties: centrale et périphérique.

Étiologie. La paralysie du larynx est une maladie polyétiologique. Cela peut être dû à la compression des structures qui l’innervent ou à l’implication de nerfs dans le processus pathologique qui se développe dans ces organes, à leur lésion traumatique, y compris lors d’interventions chirurgicales au niveau du cou, du thorax ou du crâne.

Paralysie d'origine centrale en fonction de la topographie de la lésion par rapport à noyau ambigu classiquement divisé en supranucléaire (cortical et corticobulbar) et bulbaire. La paralysie corticale est toujours bilatérale conformément à l'innervation du noyau moteur, leurs causes possibles sont la contusion, la paralysie cérébrale congénitale, l'encéphalite, l'encéphalopathie bilirubine, l'artériosclérose cérébrale diffuse. La paralysie de la corticothérapie peut survenir à la suite d'une lésion de la région du carrefour du tractus cortico-vulvaire (par exemple, en cas d'insuffisance circulatoire de l'artère vertébrale, d'occlusion de ce dernier). La paralysie bulbaire peut être une conséquence de la circulation sanguine altérée dans les bassins vertébraux, postérieurs et inférieurs du cervelet, des branches supérieures, moyennes et inférieures des artères cérébelleuses, ainsi que de la polysclérose, de la syringobulbie, de la syphilis, de la rage, de la rage, de la polio, des tumeurs intracérébrales. Pour le développement des symptômes de la paralysie du larynx est suffisant dommages partiels au noyau. La paralysie du larynx de la genèse centrale représente environ 10% des cas.

Les principales causes de la paralysie périphérique du larynx:

  • • blessure médicale pendant une opération au cou et à la poitrine,
  • • compression du tronc nerveux due à une tumeur ou à un processus métastatique au cou et à la poitrine, à un diverticule trachéal ou œsophagien, à un hématome ou à un infiltrat avec lésions et augmentation inflammatoire de la taille du coeur et de la crosse aortique (Fallot tetrade, anomalie mitrale, anévrisme aortique, hypertrophie ventriculaire) dilatation de l'artère pulmonaire),
  • • névrite de genèse inflammatoire, toxique ou métabolique (virale, toxique, intoxication par des barbituriques, des organophosphorés et des alcaloïdes), hypocalcémique, hypokaliémique, diabétique, thyréotoxique.

La cause la plus fréquente de paralysie est une pathologie de la glande thyroïde et une blessure médicale au cours de ses opérations. Avec la première intervention, le taux de complications est de 3%, la seconde - 9% et le traitement chirurgical du cancer de la thyroïde - 5,7%. Chez 2,1% des patients, la paralysie est diagnostiquée au stade préopératoire.

Pathogenèse. Avec la paralysie du larynx, ses trois fonctions en souffrent. La sévérité des symptômes cliniques et des modifications morphofonctionnelles du larynx dépend du degré de dénervation et de la nature des modifications adaptatives compensatoires, de la position du cordage vocal paralysé, du développement de processus atrophiques dans le système musculaire du larynx, de l'état de l'articulation cricoïde. La gravité de la maladie en cas de paralysie unilatérale est due à l'absence de fente dans la glotte et, dans le cas bilatéral, à la position médiane des cordes vocales conduisant à une sténose du larynx.

Les voies respiratoires sont protégées de l'aspiration pendant la déglutition par divers mécanismes réflexes, notamment le mouvement du larynx vers le haut et son inclinaison vers l'avant, l'adduction des cordes vocales, la coordination de la respiration et de la déglutition. Cette protection est compromise par la paralysie du larynx, en particulier au début de son développement. Normalement, la montée du larynx lors de la déglutition est accompagnée de la fermeture de la glotte. Chez les patients atteints de paralysie laryngée, cela ne se produit pas, le pli vocal intact occupe une position plus élevée. La compensation des fonctions perdues en cas de paralysie unilatérale du larynx est réalisée en modifiant la tension des adducteurs, forçant la voix à augmenter la pression de sous-repliement, modifiant ainsi la configuration de l'espace de remplissage. Cliniquement, cela se traduit par un déplacement de la glotte lors de la phonation latérale, une hypertrophie des plis vestibulaires. Avec une paralysie bilatérale du larynx avec une position intermédiaire des cordes vocales au fil du temps, ils se déplacent vers la ligne médiane avec le développement d'une sténose du larynx.

Tableau clinique. La paralysie du larynx est caractérisée par l'immobilité de l'une ou des deux moitiés. La violation de l'innervation entraîne de graves modifications morphofonctionnelles - les fonctions respiratoire, protectrice et vocative du larynx en souffrent.

La paralysie de la genèse centrale est caractérisée par une mobilité altérée de la langue et du palais mou, des modifications de l'articulation.

Les principales plaintes pour la paralysie unilatérale du larynx:

  • • enrouement de gravité variable,
  • • essoufflement aggravé par la charge vocale,
  • • bâillonnement
  • • sensation de corps étranger du côté affecté.

Avec la paralysie bilatérale du larynx, les symptômes cliniques de la sténose apparaissent.

La sévérité des symptômes cliniques et des modifications morphofonctionnelles du larynx pendant la paralysie dépend de la position du cordage vocal paralysé et de la durée de la maladie. Il existe des positions médianes, paramédianes, intermédiaires et latérales des cordes vocales.

Dans le cas d'une paralysie unilatérale du larynx, le tableau clinique est particulièrement frappant dans la position latérale du cordage vocal paralysé. Avec une position médiane, les symptômes peuvent être absents, le diagnostic est établi de manière aléatoire lors de l'examen du dispensaire. Une telle paralysie du larynx est de 30%. L'aphonie est caractéristique des lésions bilatérales avec fixation latérale des cordes vocales. L'échec respiratoire se développe en fonction du type de syndrome d'hyperventilation, ce qui peut constituer une violation de la fonction de séparation du larynx, notamment sous la forme d'étouffement avec un aliment liquide. En cas de paralysie bilatérale avec paramédian, position intermédiaire des cordes vocales, on observe une altération de la fonction respiratoire, allant jusqu’à une sténose du larynx du degré III, nécessitant un traitement chirurgical immédiat. Il faut se rappeler qu'en cas de lésion bilatérale, la fonction respiratoire est pire, meilleure est la voix du patient.

Fig. 141. La position de la voix paralysée gauche au cours de la phonation: 1 - l'image laryngoscopique est normale, 2 - médiane 3 - ambulancier

4 - intermédiaire, 5 - latéral

La gravité des symptômes cliniques dépend de la durée de la maladie. Au cours des premiers jours, il existe une violation de la fonction de séparation du larynx, un essoufflement, un enrouement important, une sensation de corps étranger dans la gorge et parfois une toux. Plus tard, le 4-10ème jour et plus tard, il y a une amélioration due à la compensation partielle des fonctions perdues. Cependant, en l'absence de traitement, la gravité des manifestations cliniques peut augmenter avec le temps en raison du développement de processus atrophiques dans les muscles du larynx, ce qui aggrave la fermeture des cordes vocales.

Diagnostic La fréquence élevée de paralysie laryngée de nature tumorale nécessite un examen approfondi des patients afin de détecter les tumeurs malignes. Lors de l'évaluation des antécédents, une attention particulière est portée à la durée de la maladie, car elle affecte la tactique du traitement.

Tous les patients atteints de paralysie du larynx dont la genèse n'est pas claire sont examinés selon l'algorithme suivant:

• tomodensitométrie du larynx et de la trachée,

  • • tomodensitométrie du thorax et du médiastin,
  • • radiographie oesophagienne avec contraste solution de sulfate de baryumpouvant être complété par une endofibroosophagoscopie,
  • • échographie thyroïdienne, consultation d’un endocrinologue,
  • • IRM cérébrale en présence de symptômes neurologiques ou de suspicion de paralysie centrale, consultation d'un neurologue.

L'état clinique et fonctionnel du larynx est déterminé par les indicateurs de la fonction de la respiration externe, de la micro-laryngoscopie et de la micro-lingrostroboscopie, de l'analyse de la voix acoustique. Appliquer électromyographie et glottographie.

En cas de paralysie unilatérale du larynx, le diagnostic différentiel est réalisé avec l’immobilité du cordeau vocal en raison de la pathologie de l’articulation cricoïde, y compris la luxation, la subluxation, l’arthrite et l’ankylose. Les signes de luxation incluent le manque de symétrie dans les articulations, les signes d'inflammation dans l'articulation, le déplacement du cartilage en forme de scarabée et la restriction de la mobilité ou l'immobilité complète du cordage vocal du côté des dommages. Pour l'arthrite, l'œdème et l'hyperémie de la membrane muqueuse au niveau de l'articulation sont caractéristiques.

Le diagnostic différentiel de la pathologie de l'articulation cricoïde est réalisé par tomographie à rayons X ou par ordinateur, grâce à laquelle la zone de l'articulation cricoïdale est bien visualisée, selon l'électromyographie, par définition, la résonance électromagnétique, reflétant l'état des espaces internes entre les tissus mous. La méthode de sondage endolaryngien de la sonde articulaire est considérée comme la plus informative.

Lors du diagnostic différentiel de la paralysie du larynx d'origine inconnue, les consultations d'un endocrinologue, d'un neurologue, d'un pneumologue sont indiquées.

Traitement. L'objectif du traitement est de restaurer la mobilité des éléments du larynx ou de compenser les fonctions perdues (respiration, déglutition et voix). Un traitement étiopathogénétique et symptomatique est réalisé (Tableau 7). Le traitement commence par l'élimination de la cause de l'immobilité de la moitié du larynx (par exemple, la décompression nerveuse). Ensuite, un traitement de désintoxication et de désensibilisation est effectué en cas de lésion du tronc nerveux de nature inflammatoire, toxique, infectieuse ou traumatique.

Fig. 142La méthode de détection de l'articulation cricoïde

Tableau 7 Méthodes de traitement de la paralysie laryngée

Décompression nerveuse (élimination d'une tumeur, d'une cicatrice, d'une inflammation de la zone lésée) Traitement par désintoxication (désensibilisation, anti-œdème et antibiothérapie) Amélioration de la conduction nerveuse et prévention des processus neurodystrophiques (triphosphadenine, complexes vitaminiques, acupuncture)

Amélioration de la conduction synaptique (méthylsulfate de néostigmine)

Stimulation de la régénération dans la zone endommagée (électrophorèse et blocage médicamenteux néostigmine par metipsupfat, pyridoxine, hydrocortisone)

Stimulation de l'activité nerveuse et musculaire, zones réflexogènes Mobilisation de l'articulation scyphoïde Méthodes chirurgicales (réinnervation laryngée, laryngotrachéoplastie)

Stimulation électrique des nerfs et des muscles du larynx

Méthodes chirurgicales (TIRO, laryngoplastie, chirurgie implantaire, trachéostomie)

Utilisation efficace des traitements de physiothérapie - électrophorèse du larynx, stimulation électrique des muscles du larynx. Des méthodes externes sont utilisées - effets directs sur les muscles du larynx et du tronc nerveux, stimulation électrique des zones réflexogènes avec des courants diadynamiques, stimulation électrique endolaryngée des muscles avec des courants galvaniques et faradiques, ainsi qu'un traitement anti-inflammatoire.

La tenue de gymnastique respiratoire et de phonopedy est d’une grande importance. Ce dernier est utilisé à tous les stades du traitement et pour toute période de la maladie, pour toute étiologie.

Lorsque la paralysie neurogène du cordeau vocal, quelle que soit l'étiologie de la maladie, commence immédiatement un traitement visant à stimuler les nerfs du côté affecté, ainsi que l'innervation croisée et résiduelle du larynx. Appliquez des médicaments qui améliorent la conductivité nerveuse, synaptique et la microcirculation, en ralentissant les processus neurodystrophiques dans les muscles.

Méthodes de traitement chirurgical de la paralysie laryngée unilatérale:

  • • réinnervation du larynx,
  • • thyrooplastie,
  • • chirurgie implantaire.

La réinnervation chirurgicale du larynx est réalisée par des plastiques neuro, myo-, neuromusculaires. Une grande variété de manifestations cliniques de la paralysie laryngée, la dépendance des résultats de l’intervention sur la prescription de dénervation, le degré d’atrophie des muscles internes du larynx, la présence de techniques en pratique clinique.

Parmi les quatre types de thyroplastie, la paralysie du larynx s'applique le premier (déplacement médial du cordage vocal) et le second (déplacement latéral du cordage vocal). Dans le cas de la thyrooplastie du premier type, en plus de la médialisation du cordage vocal, le cartilage en forme d'écaillement est déplacé latéralement et fixé avec des sutures à l'aide d'une fenêtre dans la plaque du cartilage thyroïdien. L'avantage de cette méthode est la possibilité de changer la position du pli vocal, non seulement dans le plan horizontal, mais également dans le plan vertical. L'utilisation d'une telle technique est limitée lors de la fixation du cartilage scapulaire et de l'atrophie musculaire du côté de la paralysie.

La méthode la plus courante de médialisation du sillon vocal dans la paralysie unilatérale du larynx est la chirurgie implantaire. Son efficacité dépend des propriétés du matériau implantable et de la méthode d’introduction. L’implant doit présenter une bonne tolérance à l’absorption, une dispersion fine, une insertion facile, une composition hypoallergénique, ne pas causer de réaction tissulaire productive prononcée ni des propriétés cancérigènes. Les implants sont constitués de téflon, de collagène, d'auto-graisse, etc. Les méthodes d'injection de matériau dans le cordage vocal paralysé sont anesthésiées par microlaryngoscopie directe, sous anesthésie locale, par voie endolaryngée et percutanée. G.F. Ivanchenko (1955) a mis au point une méthode de plastie de collagène au téflon fragmenté par voie endolaryngée: la pâte de téflon est introduite dans les couches profondes, ce qui forme la base des plastiques ultérieurs des couches externes.

Parmi les complications de la chirurgie implantaire, notons:

  • Oedème laryngé aigu,
  • • formation de granulomes,
  • • migration de la pâte de téflon vers les tissus mous du cou et de la glande thyroïde.

Méthodes de traitement chirurgical de la paralysie bilatérale du larynx. Actuellement, il existe deux domaines principaux de la chirurgie reconstructive du larynx: la reconstruction du larynx et la résection circulaire de la zone pathologique. Le choix de la méthode dépend des indications et des contre-indications du patient.

Dans chaque cas, le montant de la chirurgie est déterminé en fonction de l'étiologie de la maladie sous-jacente avec l'état de la chirurgie radicale maximale. Myoaritenoidhordectomy avec levée de fixation du pli vocal opposé, redressement du cartilage persistant, formation de structures du larynx et de la trachée à l'aide d'allohrashchayas sont possibles.

Traitement de la paralysie du larynx en phase, cohérente.En plus des médicaments, de la physiothérapie et du traitement chirurgical, il a été montré aux patients des exercices prolongés avec des phonopodes, dont le but est de former une respiration de phonon correcte et une golosovedenie, correction des violations de la fonction de séparation laryngée. Les patients atteints de paralysie bilatérale doivent être observés 1 fois en 3 ou 6 mois, en fonction des manifestations cliniques de l’insuffisance respiratoire. Il est montré que les patients atteints de paralysie laryngée consultent un phoniatre pour déterminer les possibilités de réhabiliter les fonctions laryngées perdues, de rétablir la voix et la respiration le plus rapidement possible.

Avec la paralysie bilatérale du larynx, la capacité du patient à travailler est sévèrement limitée. Avec la paralysie unilatérale du larynx (dans le cas d'une profession liée à la tension des cordes vocales), l'invalidité est possible. Toutefois, lors de la restauration de la fonction vocale, ces restrictions peuvent être supprimées.

Pour les patients atteints de paralysie laryngée unilatérale, le pronostic est favorable car, dans la plupart des cas, il est possible de restaurer la voix et la fonction respiratoire (avec certaines restrictions sur l'effort physique, car la restauration de la fermeture des cordes vocales a pour effet de réduire de moitié la fente d'inhalation). La plupart des patients atteints de paralysie bilatérale du larynx nécessitent un traitement chirurgical étape par étape. S'il est possible de mener à bien toute la durée du traitement de rééducation, de décanulation et de respiration par des voies naturelles, la fonction vocale est partiellement restaurée.

Symptômes de la paralysie laryngée

  • Bâillonnement fréquent.
  • Enrouement (ou enrouement, aggravé après avoir pleuré chez les enfants) jusqu'à l'aphonie (perte totale de la voix).
  • Essoufflement.
La gravité des symptômes cliniques dépend de la position des cordes vocales paralysées et du degré d'endommagement du larynx (unilatéral ou bilatéral):
  • dans certains cas, les symptômes peuvent être absents et la violation est détectée par hasard lors d'un examen médical,
  • une légère parésie (réduction partielle de la force des mouvements volontaires du larynx) ou une paralysie unilatérale (trouble de la fonction motrice du larynx jusqu'à l'absence complète de mouvements volontaires) s'accompagne d'un enrouement prononcé,
  • avec parésie ou paralysie bilatérale au premier plan: essoufflement grave, insuffisance respiratoire.
    La particularité est qu'en cas de lésion bilatérale, la fonction respiratoire est pire, meilleure est la voix du patient.

Un médecin ORL (oto-rhino-laryngologiste) aidera au traitement de la maladie

Diagnostics

  • Analyse des plaintes et de l'anamnèse de la maladie (nature de la respiration, présence de dyspnée, présence de maladies ou de blessures (y compris opérations, blessures à la naissance) dans le passé (ou présent), contribuant au développement de la paralysie, etc.).
  • Examen général (signes d'insuffisance respiratoire, palpation du cou).
  • Détermination de la cause du développement d'une pathologie (diagnostic par radiation) du larynx, de la trachée, du thorax ou de l'œsophage afin d'identifier les pathologies (par exemple, les tumeurs) qui pincent les branches du nerf vague qui conduisent les impulsions nerveuses aux structures du larynx), en particulier lorsqu'elles sont unilatérales parésie gauche.
  • Examen échographique de la glande thyroïde (car la pathologie thyroïdienne est l’une des causes les plus fréquentes du développement de la paralysie laryngée).
  • Fibrolaryngoscopie (méthode instrumentale de diagnostic du larynx avec un endoscope flexible). Cette méthode vous permet de déterminer le degré de mobilité du larynx, l'état de l'appareil vocal et la fermeture de la glotte.
  • Vidéo stroboscopique (méthode d'étude de la mobilité des cordes vocales en lumière intermittente avec possibilité de surveillance vidéo).
  • La glottographie est une méthode permettant d'étudier l'appareil vocal en enregistrant une courbe représentant l'oscillation des cordes vocales dans le processus de phonation (parler) afin de déterminer les écarts dans la conduction d'une impulsion nerveuse vers l'appareil vocal.
  • L'électromyographie est une méthode permettant d'étudier le système neuromusculaire (dans ce cas, dans la région du larynx) en enregistrant les potentiels électriques des muscles afin de détecter les irrégularités dans les processus de l'influx nerveux.
  • La consultation d'un neurologue en présence de symptômes neurologiques (par exemple perte d'audition, vision, trouble de la parole, etc.) est réalisée par imagerie par résonance magnétique ou par ordinateur du cerveau afin d'éviter d'endommager les structures cérébrales responsables de la transmission des impulsions nerveuses au nerf vague.

Traitement de la paralysie laryngée

Le traitement dépend de la gravité de la maladie et vise à restaurer la fonction motrice du larynx.

  • Élimination de la cause d'immobilité du larynx (c'est-à-dire le traitement d'une maladie ayant provoqué l'apparition d'une paralysie laryngée). Par exemple, un traitement de désintoxication en cas d'atteinte nerveuse toxique à l'arrière-plan d'un processus infectieux.
  • Respect du repos de la voix - avec le caractère infectieux de la paralysie, avec la parésie myopathique.
  • La nomination de médicaments qui améliorent la conductivité des impulsions nerveuses et de la microcirculation.
  • Physiothérapie (par exemple, stimulation électrique des muscles du larynx).
  • Gymnastique respiratoire.
  • L'acupuncture
  • Phonopedia est un ensemble d'exercices spéciaux destinés à l'activation et à la coordination graduelles de l'appareil neuromusculaire du larynx.
  • Le traitement de la paralysie causée par un traumatisme ou une intervention chirurgicale au cou doit être instauré dès que possible (dans une à deux semaines). En cas de retard du traitement, une atrophie musculaire est possible (perte irréversible de la fonction motrice).
  • Face à l'inefficacité du traitement conservateur de la paralysie unilatérale et du maintien des troubles de la voix prononcés, une opération est menée dans le but de rapprocher le pli affecté de la ligne médiane.
  • Hospitalisation - avec le développement de la sténose du larynx.
  • Dans les conditions critiques (avec le développement de l'asphyxie), une trachéotomie est réalisée (la procédure consiste essentiellement à pratiquer une incision sur la surface antérieure du cou et à insérer un tube dans la cavité des voies respiratoires à travers lequel le patient peut respirer).
  • En cas de paralysie bilatérale et d'insuffisance respiratoire, un traitement chirurgical est effectué pour éviter le port permanent de la trachéostomie (par exemple, le pli vocal est retiré avec le cartilage adjacent d'un côté ou un pli vocal est fixé en position latérale). Cela affecte négativement la voix, mais améliore considérablement la fonction respiratoire. Les exercices phonopédiques après la chirurgie aident à rétablir quelques voix.

Complications et conséquences

  • Sténose du larynx (rétrécissement de la lumière du larynx jusqu'à obstruction complète, ce qui altère la fonction respiratoire).
  • Dans le contexte de la sténose du larynx, une hypoxie chronique (insuffisance en oxygène) se développe et, par conséquent, altère le fonctionnement des organes vitaux (système nerveux, cardiovasculaire, etc.).
  • Le développement de maladies inflammatoires aiguës et chroniques des bronches et des poumons.
  • Avec la sténose existante, toute infection respiratoire peut entraîner une décompensation (c’est-à-dire une incapacité du corps à «s’adapter» aux conditions de la pathologie existante), ce qui est fatal.
  • Ankylose (immobilité) du cartilage scapulaire (l'une des structures de l'appareil vocal), ce qui entraîne une perturbation persistante de la fonction vocale, jusqu'à une perte totale de la voix,
  • Aspiration pendant la déglutition (expectorations et salive, nourriture dans les voies respiratoires).
  • Violations persistantes de la fonction vocale jusqu'à la perte totale de la voix.

Prévention de la paralysie laryngée

  • Reconnaissance et traitement rapides des pathologies pouvant conduire au développement de la paralysie du larynx (processus tumoraux, inflammation aiguë des voies respiratoires supérieures).
  • Traitement en temps opportun des lésions du larynx et de l'articulation cricoïde.
  • Une approche douce (c’est-à-dire le respect de toutes les mesures pour prévenir les lésions au larynx) au cours d’une chirurgie de la thyroïde.
  • Éviter l'inhalation de fumée acide, d'alcalins ou d'acides dans les voies respiratoires.
  • Traitement complet et opportun des maladies infectieuses virales et bactériennes.
  • Pour éviter une intubation prolongée (imposition du tube endotrachéal dans la lumière du larynx et de la trachée), selon diverses sources, pas plus de 3 à 7 jours).
  • Laryngoscopie pour les personnes avec un enrouement prolongé, avant et après une intervention chirurgicale visant à enlever la glande thyroïde, une intubation prolongée ou une intervention chirurgicale au cou et à la poitrine pour détecter à temps les signes de paralysie du larynx.
  • En cas de paralysie périphérique, commencer immédiatement le traitement, immédiatement après le diagnostic.
  • Pour les personnes exerçant des professions de voix et de langage - évitez les charges vocales excessives ou inadéquates, observez l'hygiène de la voix:
    • évitez de manger des aliments trop froids, épicés, acides, salés ou chauds,
    • éviter l'alcool et le tabagisme
    • traitement en temps opportun et prévention du rhume.

INFORMATIONS POUR LA LECTURE

La consultation avec un médecin est nécessaire.

Guide national d’otorhinolaryngologie, édité par V.T. Palchun 2008
ANNUAIRE SUR OTORINOLARYNGOLOGY, AG Likhachev, en raison de “Me d i t and n a” 1984
Sténose du larynx chez l'enfant M. R. Bogomilsky et al. Bulletin d'oto-rhino-laryngologie, №2, 2005

Le tableau clinique de la paralysie laryngée

Pour dresser un tableau complet des caractéristiques de l’état du patient, établir un diagnostic précis et un traitement correct, il est important de prendre en compte toutes les plaintes du patient, l’évolution de la maladie et ses caractéristiques spécifiques. Le niveau de lumière du larynx peut être facilement déterminé lors d’un examen approfondi du patient, ainsi que lors de l’examen général nécessaire.

En cas de paralysie du larynx, les fonctions vocales, respiratoires et protectrices de la gorge sont gravement altérées. La voix est sonore, on remarque parfois un enrouement aspiré. Le dysfonctionnement des voies respiratoires évolue en présence d’un déséquilibre entre la taille de la glotte et la structure physique d’une personne: poids excessif, bon effort physique, laryngite chronique, infections respiratoires aiguës et diverses maladies pulmonaires.

Le patient a souvent une respiration confuse, il ressent de l'apathie ou, par opposition à de l'apathie, de l'anxiété. Il y a des taches bleuâtres sur les doigts et le visage, un essoufflement, même au calme et avec peu d'effort, le patient respire fort et souvent. Parallèlement à cela augmente considérablement la pression artérielle. Les patients souffrant de sténose aiguë de la gorge ont une clinique plus prononcée que dans une clinique chronique, bien que leur glotte soit plus ouverte.

Si une paralysie du larynx survient à la suite d’une lésion du nerf récurrent lors d’une intervention chirurgicale, ce problème est traité au moyen de méthodes conservatrices au bout d’une semaine et demie à deux semaines, à moins que des symptômes spécifiques de la respiration aiguë ne se manifestent. Ensuite, prescrire des médicaments antibactériens et une hormonothérapie efficace. Si les hématomes sont exprimés, les médicaments nécessaires coagulant le sang, ainsi que les vitamines et les traitements vasculaires, sont prescrits.

La dynamique positive est une indication pour le déroulement d'exercices spéciaux. Jusqu'au rétablissement complet, le patient devrait être observé par un oto-rhino-laryngologiste. Après un mois complet de rééducation après la chirurgie, si le patient présente une paralysie bilatérale du larynx, le traitement est prescrit individuellement. Le rendez-vous prend en compte la gravité de l'insuffisance respiratoire, la taille de la glotte, la maladie clé qui accompagne la pathologie.

Afin de normaliser la respiration le plus rapidement possible à l'aide d'une anesthésie locale ou d'une anesthésie, une trachéostomie urgente est effectuée. En règle générale, la plupart des patients atteints de paralysie laryngée bilatérale nécessitent une intervention chirurgicale. Les indications d'une telle opération sont les dommages causés à l'activité physique des cordes vocales, l'incapacité de respirer naturellement, l'inefficacité du traitement conservateur.

Ne recommandez pas de telles opérations chez des patients plus âgés, présentant une anomalie concomitante grave, des maladies de la glande thyroïde.

Editeur expert: Pavel Alexandrovich Mochalov | D.M.N. médecin généraliste

Éducation: Institut médical de Moscou. I. M. Sechenov, spécialité - «Médecine» en 1991, en 1993 «Maladies professionnelles», en 1996 «Thérapie».

22 raisons d'aimer les bananes. Que se passe-t-il si vous les mangez tous les jours?

Articles d'experts médicaux

Causes de la paralysie laryngée (parésie laryngée)

La paralysie du larynx est une maladie polyétiologique. Cela peut être dû à une structure innervante comprimée ou à l'implication de nerfs dans le processus pathologique qui se développe dans ces organes, à leur lésion traumatique, y compris lors d'interventions chirurgicales au niveau du cou, du thorax ou du crâne.

La paralysie de la genèse centrale, qui dépend de la topographie de la lésion par rapport au noyau ambigu, est classiquement divisée en deux types: nucléaire (cortical et corticobulbaire) et bulbaire. La paralysie corticale est toujours bilatérale conformément à l'innervation du noyau moteur, une possible contusion, une paralysie cérébrale congénitale, une encéphalite, une encéphalopathie à la bilirubine, une athérosclérose diffuse des vaisseaux cérébraux. Une paralysie corticopulmonaire peut survenir à la suite d'une lésion de la région du tractus corticobulbral, telle qu'une circulation sanguine insuffisante dans le bassin de l'artère vertébrale, l'occlusion de ce dernier. La paralysie bulbaire peut être une conséquence d'une circulation sanguine altérée dans les bassins vertébraux, postérieurs et antérieurs du cervelet inférieur, des branches supérieures, moyennes et inférieures des artères cérébelleuses, ainsi que de polyscléroïdes, de syringobulbia, de syphilis, de rage, d'encéphalite, de polio, de tumeurs intracérébrales. Pour le développement des symptômes de la paralysie du larynx est suffisant dommages partiels au noyau. La paralysie du larynx de la genèse centrale est accidentelle à environ 10%. Les principales causes de la paralysie périphérique du larynx:

  • blessure médicale pendant la chirurgie au cou et à la poitrine,
  • compression du tronc nerveux lors d'une tumeur ou d'un processus métastatique au niveau du cou et de la poitrine, diverticule trachéal ou œsophage, hématome ou infiltrat avec lésions et processus inflammatoires, avec augmentation de la taille du coeur et de la crosse aortique (tetra Fallo), défaut mitral, anévrysme aortique, hypertrophie ventriculaire, dilatation pulmonaire),
  • névrite de genèse inflammatoire, toxique ou métabolique (virale, toxique (empoisonnement par des barbituriques, des organophosphorés et des alcaloïdes), hypocalcémique, hypokaliémique, diabétique, thyréotoxique).

La cause la plus fréquente de paralysie est une pathologie de la glande thyroïde et une blessure médicale au cours de ses opérations. Avec la première intervention, le taux de complications est de 3%, la seconde - 9% et le traitement chirurgical du cancer de la thyroïde - 5,7%. Chez 2,1% des patients, la paralysie est diagnostiquée au stade préopératoire.

Pathogenèse de la paralysie laryngée (parésie du larynx)

Avec la paralysie du larynx, les trois fonctions du larynx souffrent. La sévérité des symptômes cliniques et des modifications morphofonctionnelles du larynx dépend du degré de dénervation et de la nature des modifications adaptatives compensatoires, de la position du cordage vocal paralysé, du développement de processus atrophiques dans le système musculaire du larynx, de la condition de l'articulation en forme d'oreille. La gravité de la maladie en cas de paralysie unilatérale est due à l'absence de fente dans la glotte et, au contraire, à la paralysie bilatérale, à la position médiane des cordes vocales, ce qui entraîne une sténose du larynx.

Le moment d'apparition de l'atrophie du muscle laryngé n'est pas défini avec précision, il est individuel et dépend du degré de dénervation et du retrait du cordage vocal de la ligne médiane. L'atrophie du cordage vocal aggrave l'évolution de la paralysie unilatérale du larynx, car elle entraîne une latéralisation supplémentaire et une diminution du tonus. Les cartilages ressemblant à des carottes sur le côté de la paralysie sont souvent décalés vers le côté sain, tournés en avant. Les résultats des études électromyographiques prouvent que la dénervation complète du cordeau vocal avec une atrophie musculaire pendant la paralysie laryngée se développe rarement, dans la plupart des cas, un niveau quelconque de synkinésie et de réinnervation est diagnostiqué. Une paralysie de longue date provoque une ankylose de l'articulation scyphoïde, détectable lors du sondage.

Les voies respiratoires sont protégées de l'aspiration pendant la déglutition par plusieurs mécanismes réflexes, notamment le mouvement du larynx vers le haut et son inclinaison vers l'avant, l'adduction des cordes vocales, la coordination de la respiration et de la déglutition. Cette protection est altérée par la paralysie du larynx, en particulier au début de son développement et lors de l'élévation laryngée normale lors de la déglutition, accompagnée de la fermeture de la glotte. Chez les patients atteints de paralysie laryngée, cela ne se produit pas, le pli vocal intact occupe une position plus élevée. La compensation des fonctions perdues en cas de paralysie unilatérale du larynx est réalisée en modifiant la tension des adducteurs, forçant la voix à augmenter la pression de sous-repliement, modifiant ainsi la configuration de l'espace de remplissage. Cliniquement, cela se traduit par un déplacement de la glotte pendant la phonation vers la paralysie en raison du mouvement du sillon vocal sain vers le côté opposé, une hypertrophie des plis vestibulaires. En cas de paralysie bilatérale du larynx avec une position intermédiaire des cordes vocales, le plus souvent avec le temps, elles se déplacent vers la ligne médiane avec le développement d'une sténose du larynx.

, , , , , , , , ,